Nos talentueux(ses) designers tricot français(es) créent de superbes modèles pour le plus grand bonheur de nos aiguilles mais le tricot est une passion addictive et l’envie de sortir de nos frontières afin de découvrir ce que les créateurs étrangers nous concoctent, est irrésistible. Nous avons tous et toutes eu ce coup de coeur immédiat pour un modèle inaccessible parce qu’en anglais !  Pourtant le tricot en anglais est tellement simple et logique …

 

Le tricot : une passion sans frontières

 

Les réseaux sociaux ont permis de créer cette formidable et dynamique communauté de tricoteurs à travers le monde. Découvrir les modèles des designers en avant première sur les posts Instagram attise notre curiosité et provoque un besoin frénétique d’acheter le modèle et de commencer le projet ! Suivre pas-à-pas les réalisations de nos amis tricoteurs, reprendre et adapter leurs trucs et astuces , visionner les tutoriels nous permettant de perfectionner notre technique et stimulent notre imagination. En apprendre davantage sur les différentes constructions, parfois totalement innovantes, des modèles, les associations de couleurs surprenantes , les points de tricot toujours plus élaborés…

OPEN WATER SHAWL de Melanie Berg
OPEN WATER SHAWL de Melanie Berg

 

Ravelry : un outil indispensable pour les tricoteurs

Pour mémoire, Ravelry est un réseau social créé par les époux Forbes, Casey et Jessica, en  mai 2007 à Boston, USA. Leur idée était de créer un site internet ouvert à tous, destiné aux arts du fil et à ses passionnés, professionnels ou non. Ravelry est l’endroit rêvé pour les tricoteurs, les adeptes du crochet, les designers, les filateurs et ceux qui pratiquent la teinture leurs propres fibres. Ils peuvent ainsi garder une trace de leur laines, outils et patrons et découvrir les réalisations d’autres passionnés, y puiser de nouvelles idées et l’inspiration. Ravelry fonctionne comme un outil organisé sous forme d’onglets, une bibliothèque de modèles de tricot mise à jour en permanence, un guide d’information , une possibilité d’échange par le biais de groupes, un journal de bord personnel… Les membres partagent leurs projets, leurs idées et leurs collections de laines et autres fibres au travers de rubriques dédiées.
Même si Ravelry est aujourd’hui accessible partiellement en français, la langue d’usage reste l’anglais et une grande majorité des informations et modèles proposés sont en langue anglaise. Raison de plus pour commencer l’apprentissage !

 

Apprendre à tricoter en anglais : les motivations

 

 

Il suffit de placer sous les yeux d’un conjoint ou d’une amie non tricoteuse une page d’explications rédigées en anglais pour immédiatement fermer le booklet et oublier l’envie d’apprendre. Alors quelles sont les motivations , en-dehors de celles exprimées en début d’article?

  • Plus court : un modèle en français de 6 pages en comptera 4 en anglais.
    • Exemple : Montez 80 mailles = CO 80 sts (ou Cast on)
    • K = maille endroit / P = maille envers – 1m end se lira K1 en anglais / 1m.env se lira P1
    • Faire une augmentation à droite se lira M1R en anglais
  • Plus simple et efficace : moins de longueur dans le texte, donc une meilleure visibilité lors du suivi d’un projet ligne après ligne. La plupart des tricoteurs français choisissent le modèle en anglais s’ils ont le choix.
  • Termes identiques : les symboles et les termes employés sont toujours les mêmes, quels que soient les designers. Une fois acquis, tous les modèles en anglais vont seront accessibles.
  • Apprentissage très rapide : Il suffit de quelques réalisations de modèles ultra simples pour acquérir les mots et symboles indispensables et vous serez prêts à aborder l’ensemble des designs sans hésitation. En quelques jours, la lecture en anglais devient un automatisme au même titre que le code de la route !
  • Aucune notion d’anglais nécessaire: les termes sont vraiment spécifiques ( un anglophone non tricoteur ne comprendra rien !) . L’idée n’est pas de lire un livre ou rédiger un mémoire en anglais mais simplement de comprendre des symboles et les retranscrire au tricot.

 

La méthode

 

Pour persévérer et parvenir à tricoter des modèles en anglais, quelques clés sont indispensables.

  • Choisir un modèle “coup de coeur” voire “coup de foudre”sans lequel vous ne pourrez plus vivre.
  • Choisir un modèle simple et court pour de premières expériences, au risque d’abandonner si vous rencontrez trop d’obstacles: Headband de Mirella Moments ou tout autre modèle gratuit trouvé sur Ravelry .
  • Modèles jacquard ou mosaïque : Choisissez un modèle avec grille et suivez cette dernière plutôt que les explications rédigées ( à moins de vouloir vous entraîner !)
  • Choisir une couleur attrayante, une teinte qui vous ressemble, que vous regarderez avec plaisir.
  • Choisissez une laine de qualité, une fibre facile comme le merino peigné qui ne détournera pas votre attention et qui donnera immédiatement un rendu parfait et une excellente définition de point.
  • Source d’inspiration : Regarder les modèles réalisés par les “tests knitters” ou autres tricoteurs sur Ravelry
  • Imprimer les dictionnaires de Tricotin et s’y référer en les gardant à proximité pendant quelques semaines.
  • Faire appel à Google Traduction pour les paragraphes d’introduction. Ils relatent généralement de l’idée inspirante, quelques suggestions ou précisions sur le modèle, la laine utilisée et les techniques requises…Et une fois de plus, ils emploient, à quelques exceptions près, toujours les mêmes termes.
  • Plus difficile à acquérir (mais inutile de chercher à le faire): Les poids/métrages sont généralement indiqués également en mètres/grammes. Le cas échéant, merci à la conversion Google , mon outil préféré !
  • Le truc en plus : Eviter de lire entièrement le modèle avant de commencer le projet , ce qui peut être déroutant; mais plutôt déchiffrer paragraphe par paragraphe en tricotant. Certaines techniques ou manœuvres peuvent sembler difficiles à priori mais s’avérer très simples et logiques dans le feu de l’action !

 

MOONWAKE COWL de Andrea Mowry : Un modèle simple et attrayant en anglais

Découvrir les kits de laine

 

52 Weeks of Socks : La meilleure motivation du moment !

 

Le livre magnifique 52 Weeks of Socks édité par Laine Magazine regroupe 52 paires de chaussettes de designers toutes plus inspirantes et motivantes les unes que les autres ! Les photos sont magnifiques et suscitent l’envie immédiate d’apprendre à tricoter en anglais.
Choisissez une laine fingering merino/nylon qui apportera résistance au projet terminé et facilitera d’exécution de votre modèle comme Isaure, fil teint à la main dans des demi-teintes raffinées et profondes. Le kit de mini-aiguilles Chiaogoo est également un outil indispensable pour simplifier la réalisation de vos chaussettes puisqu’il évite d’avoir recours à la technique du Magic Loop.

Suggestions : Les modèles du livre “52 Weeks of Socks” les plus accessibles pour de premières réalisations. Les termes utilisés y sont simples et la réalisation courte :

Lazy Daisy de Kristine Vejar
Lempi de Rachel Coopey
Mica de Kristine Vejar
Cindy’s Choice de Isabell Kraemer

 

 

Une sélection des modèles les plus simples en images 

 

 

Le livre est en cours de ré-impression et disponible en pré-commande dès maintenant !

Pré-commandez votre exemplaire

 

 

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*